Archives

Mort d’Elizabeth Taylor : Retour sur le parcours d’une femme de légende…

Sérieusement diminuée depuis des années, souffrant notamment d’une insuffisance cardiaque diagnostiquée en 2004 et multipliant les alertes et séjours hospitaliers depuis, Elizabeth Taylor est décédée ce mercredi 23 mars 2011, au centre hospitalier Cedars-Sinai de Los Angeles, à l’âge de 79 ans, entourée de trois de ses enfants.

Le mois dernier, après un énième passage en observation dans ce même établissement, son état de santé incitait pourtant à l’optimisme. Un répit de courte durée, brutalement infirmé par l’annonce de sa mort… La légende hollywoodienne avait jusque-là réussi à survivre à un certain nombre d’embûches, de ses blessures au dos au début de sa carrière jusqu’à cette insuffisance cardiaque et à l’ostéoporose la contraignant à se déplacer en fauteuil roulant, en passant par opération de la hanche, cancer de la peau, pneumonies, etc. Malgré sa condition délicate, qui l’obligeait à modérer ses apparitions publiques, elle était demeurée longtemps combattive : on se souvient notamment qu’elle était apparue en 2006 sur le plateau de l’animateur Larry King pour tordre le cou aux rumeurs la disant atteinte d’Alzheimer et moribonde. En juillet 2008, l’inquiétude avait repris le dessus lorsqu’elle avait dû être hospitalisée et placée sous respirateur artificiel. Malgré sa discrétion des dernières années, elle avait assisté aux obsèques de Michael Jackson, qu’elle avait soutenu de son vivant dans ses démêlés judiciaires en 2005 et dont la disparition le 25 juin 2009 l’avait beaucoup affectée. Liz Taylor avait tourné pour la dernière fois en 2001, dans le téléfilm These Old Broads, au côté de Debbie Reynolds et Shirley MacLaine ; sa dernière apparition sur scène remonte quant à elle à 2007, dans la pièce Love Letters face à James Earl Jones, à l’occasion d’une représentation caritative au profit de son association de lutte contre le sida, la Elizabeth Taylor’s AIDS Foundation. Une fondation à laquelle la famille de l’actrice a invité à faire des dons plutôt que d’adresser fleurs et couronnes mortuaires pour ses obsèques, qui auront lieu en fin de semaine.

Enfant-star, la filmographie d’Elizabeth Taylor – que tout le monde s’est accordé à appeler Liz – se révèle extrêmement riche. Elle n’a effectivement pas 10 ans lorsqu’elle décroche son premier rôle au cinéma, poussée par sa mère, Sara. Nous sommes alors en 1943 et elle fait ses débuts dans Fidèle Lassie. L’année suivante, elle parvient à obtenir un contrat de longue durée avec la Metro-Goldwyn-Mayer (MGM) grâce au succès du film Le Grand National, qui rapporte à la Major pas moins de 4 millions de dollars (une fortune pour l’époque). Mais Liz ne sort pas indemne de ce tournage qui traite d’une célèbre course hippique : elle tombe de sa monture à plusieurs reprises et souffrira du dos tout au long de sa vie.

Avec son contrat en poche, elle enchaîne les longs métrages et incarne rapidement la jeune adolescente américaine par excellence, pour devenir un peu plus tard LA femme sensuelle, provocante et idéale. En 1958, elle joue dans La chatte sur un toit brûlant, au côté de Paul Newman. Cette performance l’installe pour le long terme sur le devant de la scène, tant son talent crève l’écran. En 1961, elle remporte même un Oscar grâce à La Vénus au vison, un film qu’elle n’a pas pourtant cessé de critiquer négativement et ce, même en public.

Mais Liz est alors sur une bonne lancée. En 1963, elle devient l’actrice la mieux payée d’Hollywood grâce au film Cléopâtre, touchant un cachet d’un million de dollars ! Le long métrage de Jospeh L. Mankiewicz est commercialement un flop puisque la 20th Century Fox a investi pas moins de 61 millions de dollars pour seulement 26 millions de dollars de recette… Mais la réputation de l’actrice n’en est pas pour autant ébranlée puisqu’elle continue de tourner et de séduire le public comme les professionnels du cinéma. En 1967, elle remporte son second Oscar avec Qui a peur de Virginia Woolf ?. Outre son talent, l’actrice est prête à tous les sacrifices, jusqu’à prendre 15 kilos ou se vieillir à outrance pour jouer un personnage.

Même si dans les années 1970 et 1980, Elizabeth Taylor est souvent malade et qu’elle ne peut pas tourner comme auparavant, elle reste quasiment omniprésente, avec quasiment un film par an. C’est surtout dans les années 1990 qu’elle disparaît peu à peu de la scène.

Elizabeth Taylor était une femme passionnée aussi bien à l’écran qu’à la ville. Mariée à huit reprises (dont deux fois avec le comédien Richard Burton), elle devient mère dès ses secondes noces avec Michael Wilding. Ensemble, ils auront deux fils, Michael Howard et Christopher Edward. Au cours de son troisième mariage, elle donne naissance à Elizabeth Frances, surnommée Liza. Lorsqu’elle épouse Richard Burton, le couple adopte une petite fille, Maria (dont la procédure a été entamée alors qu’elle était encore mariée à Eddie Fisher, son quatrième mari). A sa mort, Liz Taylor laisse derrière elle quatre enfants, dix petits-enfants ainsi que quatre arrière-petits-enfants.

La star entretenait également une longue histoire d’amour avec les bijoux. Car si l’amour s’effrite, les diamants, eux, sont éternels. Liz a beaucoup porté une bague offerte par Richard Burton, ornée d’un diamant de 33,19 carats qu’elle a fait agrémenter d’une perle de culture.

Riche, l’actrice l’a été en termes d’argent, mais aussi en termes de coeur. Elle s’est dévouée pendant une grande partie de sa vie à la lutte contre le sida. Après la mort de l’un de ses amis, la star hollywoodienne Rock Hudson, elle aide, en 1985, à la création de l’amfAR (American Foundation for Aids Research). Dix ans plus tard, Sharon Stone a rejoint l’association et elle anime chaque année un dîner de gala qui a lieu à Cannes, durant le Festival, ponctué par une vente aux enchères dont les fonds sont reversés à la recherche contre le virus. Depuis sa création, l’amfAR aurait investi pas moins de 275 millions de dollars dans la recherche contre le HIV.

Parmi les films les plus célèbres de sa carrière, citons Une place au soleil, Ivanhoé, Géant, La Chatte sur un toit brûlant, Soudain l’été dernier, La Vénus au vison, Cléopâtre, Le Chevalier des sables, Qui a peur de Virginia Woolf ?, la Mégère apprivoisée, Cérémonie secrète, ou Le miroir se brisa.

Liz Taylor : Ses révélations sur James Dean… à ne dévoiler qu’après sa mort !

Alors qu’Elizabeth Taylor s’en est allée, ses proches lui ont fait leurs derniers adieux. L’immense actrice, qui est morte le 23 mars à Los Angeles à l’âge de 79 ans, a été enterrée hier, 24 mars, dans l’après-midi, au cimetière Forest Lawn Memorial Park, où repose son ami, son amour "le plus pur", Michael Jackson, décédé en juin 2009.

Dans un entretien dont la teneur ne devait être publiée qu’après sa mort, l’actrice avait fait une révélation sur l’acteur James Dean, son partenaire de Géant (un film de George Stevens de 1956), lors d’un entretien accordé il y a quatorze ans à l’auteur Kevin Sessums.

L’acteur James Dean avait été abusé sexuellement par un pasteur durant son adolescence, avait assuré ElizabethTaylor : "J’adorais Jimmy. Je vais vous dire quelque chose, mais il ne faut pas le publier avant ma mort, OK ?", aurait affirmé l’actrice, citée vendredi par Kevin Sessums dans un entretien publié par le magazine en ligne Daily Beast.

"Quand Jimmy avait 11 ans, après la mort de sa mère, il a commencé à être abusé sexuellement par son pasteur. Je crois que cela l’a hanté toute sa vie. En fait, je sais que cela l’a hanté. On en a beaucoup parlé", a-t-elle dit. "Pendant Géant, on restait éveillés tard dans la nuit, on parlait beaucoup et c’est l’une des choses qu’il m’a confiées", a-t-elle ajouté.

James Dean est décédé en pleine gloire, dans un accident de voiture en 1955 à l’âge de 24 ans. Il est resté l’incarnation du rebelle pour toute une génération de cinéphiles, après avoir joué dans très peu de films, dont A l’Est d’Eden (1955) et La fureur de vivre (1955).

Cette interview a t-elle été enregistrée et Kevin Sessums a-t-il des preuves de ce qu’il a publié aujourd’hui ?

Mort de Liz Taylor : Ses dernières révélations surprenantes !

Le 23 mars 2011, la dernière reine d’Hollywood nous quittait. A l’âge de 79 ans, la grande actrice Elizabeth Taylor décédait des suites d’une insuffisance cardiaque.

Entourée de ses proches et veillée par ses quatre enfants la veille de sa mort, Elizabeth Taylor n’a pu échapper à son destin, elle qui avait plusieurs fois trompé la mort au cours de sa vie, comme en 1961 où elle avait dû subir une trachéotomie en urgence, ou en 2006, obligée de subir une chirurgie cardiaque.

L’inoubliable actrice de Cléopâtre, Une place au soleil ou encore Géant au côté de James Dean dont elle était extrêmement proche, au point de recueillir les difficiles confidences de l’acteur, donna sa dernière interview quelques mois avant sa mort au site internet UsMagazine. Plus qu’une interview, ce sont surtout 25 secrets que Liz dévoile aux lecteurs et à ses fans. 25 choses intimes et surprenantes partagées par la détentrice de deux Oscars que nous vous proposons ici :

1. Avant de faire des films, je tenais un petit stand de limonade en Californie du sud

2. Quand José Eber (un fameux coiffeur, NDLR) est en dehors de la ville, j’adore me couper les cheveux et ceux des autres !

3. Je suis folle de Law & Order (NY, Unité Spéciale, Police Judiciaire, etc., NDLR) et j’ai vu tous les épisodes. Mes enfants et Mariska Hargitay, une actrice éblouissante, jouaient ensemble lorsqu’il étaient petits

4. Je me suis convertie au Judaïsme en 1959

5. Mon nom juif est Elisheba Rachel

6. Mon premier cheval s’appelait Betty

7. Je ne suis jamais sorti avec un garçon avant mes 16 ans

8. Mes jambes sont trop courtes

9. Le film dont je suis le plus fière est Who’s Afraid of Virginia Woolf

10. Je ne commence jamais une journée sans parfum

11. Je rêvais de dessiner des parfums 25 ans avant de le faire

12. J’adore le jus d’orange sanguine

13. Mon tout premier souvenir est de la douleur

14. J’ai toujours le coeur déchiré par le fait que Richard (Burton, NDLR) n’ait jamais gagné un Oscar

15. Je ne suis sincèrement pas inquiète de devenir vieille

16. Je n’avais jamais essayé de joué la comédie avant Une place au soleil

17. Je suis dégoutée par le nombre de mythes à mon propos qui sont considérés comme des faits

18. Les gens sur Twitter ont choisi le nom de mon nouveau parfum, Violet Eyes

19. Je n’ai jamais pris de cours de théâtre, malgré le fait que beaucoup de gens pensaient que j’en avais besoin

20. Lorsque j’avais une vingtaine d’années, j’ai failli perdre un oeil et une jambe. Mais je les ai toujours !

21. Les nerfs sont la Némésis des acteurs

22. Je déteste que l’on m’appelle Liz, car ça ressemble trop à "hiss" (UN sifflement, NDLR)

23. Je crois que l’on peut être proche de Dieu n’importe où

24. Mon chien Delilah est amoureux de mon chat Fang. A chacun ses goûts

25. Ma famille et les personnes séropositives ou atteintes du SIDA sont ma vie

Elizabeth Taylor en retard à son propre enterrement….

Elizabeth Taylor s’en est allée et ses proches lui ont fait leurs derniers adieux. L’immense actrice qui est morte le 23 mars à Los Angeles à l’âge de 79 ans, a été enterrée hier, 24 mars, dans l’après-midi, au cimetière Forest Lawn Memorial Park, où repose son ami, son amour "le plus pur", Michael Jackson, décédé en juin 2009.

La cérémonie s’est tenue dans la plus stricte intimité, les photographes et caméras de télé n’ont pu immortaliser que l’arrivée des limousines noires franchissant le portail du cimetière et une tente a été installée pour l’occasion, afin de préserver ce moment des regards indiscrets.

Et selon ses dernières volontés, elle est arrivée en retard à son propre enterrement !

Un sens de l’humour indéniable pour celle qui était réputée pour ne jamais être à l’heure. "L’office était prévu à deux heures de l’après-midi, mais à la demande expresse d’Elizabeth Taylor faite avant de mourir, il a commencé plus tard", a précisé son agent lors d’un communiqué. Et de poursuivre : "L’actrice avait laissé des instructions pour que ses funérailles commencent avec au moins 15 minutes de retard sur l’horaire prévu car elle voulait être en retard à son propre enterrement".

Selon un communiqué de l’agent, l’acteur Colin Farrell (ami intime de la star), a récité un poème de Gerard Mankley Hopkins et d’autres textes ont été lus par les enfants et petits-enfants de la star. Son petit-fils Taylor Rhys Tivey a entonné en solo à la trompette le titre Amazing Grace.

Les funérailles ont eu lieu rapidement en raison de la confession juive d’Elizabeth Taylor, qui veut que le corps soit mis en terre le plus rapidement possible. Elizabeth Taylor s’était convertie au judaïsme pour son mariage avec Eddie Fisher en 1959 - mort il y a quelques mois – et avait adopté le prénom juif d’Elisheba Rachel. Son cercueil vaut 11 000 dollars et il est fait entièrement en bois et sans clous avec un intérieur en velours rouge.

Si les hommages à la star n’ont pas manqué et que les fans se sont pressés pour déposer des gerbes de fleurs sur son étoile à Hollywood ou encore à son domicile, les témoignages d’amour ont également dû pleuvoir hier, au cimetière où reposent de nombreuses légendes du cinéma comme Clark Gable ou encore Humphrey Bogart. Elizabeth Taylor, Oscar de la meilleure actrice à deux reprises (pour ses rôles dans La Vénus au vison et Qui a peur de Virginia Woolf ?), mariée huit fois à sept époux (elle s’était mariée à deux reprises avec Richard Burton ) et mère de quatre enfants issus de relations différentes (elle était grand-mère de dix petits-enfants) repose désormais auprès de son Michael Jackson. Ce soir, vendredi 25 mars, tous les théâtres de Broadway ont décidé de tamiser les lumières de leur façade pendant une minute en hommage à son talent légendaire.