Archive | 20 juin 2011

Jessica Biel

Nom : Jessica Biel
Date de naissance : 3 Mars 1982
Lieu de naissance : Ely, Minnesota, États-Unis

Le programme de la Fête de la musique en Côte-d’Or

A l’occasion de la 30eme édition de la Fête de la Musique, des centaines d’artistes vont se produire gratuitement en Côte-d’Or le 21 juin. Comme vous pourrez le constater en jetant un œil sur la programmation, il y en aura pour tous les goûts. Sans compter les concerts non officiels et dans les bars qui animeront et égaieront également nos rues en ce jour de l’été.

 

DIJON – PLACE DE LA LIBERATION

18h-18h30 : Tarahoi Nui (groupe polynésien)

18h30-18h45 : L’Orchestre des quartiers (Daniel Weissmann)

18h45-19h : « Le cornet à la frite » (Thierry Caens)

19h à minuit : Olivier Urbano et « Zig Zaton » / Lou Di Franco / Shane Murphy / L’Effet Kartell 

 

DIJON – CENTRE-VILLE 

Dès 19h : Jazz’on – Chevet Notre Dame

Dès 19h : « Poly’son se la joue British » – Cour de Flore / Mairie de Dijon (plateau chantant / chorale fantaisie)

Dès 18h30 : P’tit luc / La Microfaune / Galactic Classics / Kèlè Kèlè / Whizz & Love – Place François Rude (Radio Campus)

Dès 19h : Jean / Touch’ / We are beautiful / Saï – place Darcy et plateau de ville de Dijon

Dès 19h : Konectic – Jardin du musée archéologique

 

DIJON – QUARTIERS

Dès 18h : Association les hameaux de Pouilly (fête de quartier et musiques) – Place Granville

Dès 19h30 : Groupe « Souliko » – Comité de quartier de la montagne Sainte-Anne

Dès 17h : Association Vivre à la Maladière (fête de quartier et musiques) – Esplanade Junot

19h : Moonstruck Strong And Crazy (rock) -  Parvis Saint Jean

 

BEAUNE

20h : Alive Orchestra (années 80) – Place de la Halle

21h30 : Show hip-hop avec DJ Jedi et Petit Renard – Place de la Halle

19h : Kushing (rock-folk alternatif) – Place Monge 

20h30 : Basta (rock alternatif) – Place Monge

20h30 : Les Poupées qui toussent (pop-rock) – Place Ziem 

18h à 20h15 : DJ Quentin- Anime ta soirée (années 80) – Kiosque place Carnot

20h30 à 23h30 : Fun Musette (valses, années 60 à 80) – Kiosque place Carnot 

21h à 22h30 : DJ Jérème suivi de DK DJ, DJ White et Greg Sparkle – Place Madeleine

19h15 : Chorale de Beaune en Bourgogne (chants, danses, pièces…) – Musée du vin

18h30 : Les Orgues de Beaune – Parvis Notre-Dame

20h : La Chorale de la Paroisse – Parvis Notre-Dame

20h : Gospel – Temple de Beaune

20h : Kuduro et Kizomba avec Vanessa et ses danseurs – Avenue de la République

20h : Association Pas à Pas / Tour du monde de la danse – Théâtre de Verdure

19h : Deluxe Production (rap, reggae) – Square des Lions

22h : Frantic (métal) – Square des Lions

20h30 : Union Musicale Beaunoise – Jardin de l’Hôtel Boussard de la Chapelle

20h30 : Chorale du comité des fêtes (variétés françaises) – École de Challanges

 

MONTBARD

18-19h : Musique des corps creux – Rue Diderot  

18h45 : Chorale de l’Aubespin accompagnée de Chorum (chœur d’hommes de Dijon) – Cour de l’hôtel Buffon 

19h30 : Magnificat Party – Cour de l’hôtel Buffon 

20h30 : Les Oiseaux sur la branche – Parking du Sélect

Amy Winehouse: Sévèrement éméchée, elle scandalise son public… et annule tout

Réactualisation du 20 juin à 10h50 : La chanteuse britannique a annulé ses prochains concerts prévus lors des festivals en Turquie et en Grèce ! C’était la moindre des choses après le scandale auprès de ses fans de son concert à Belgrade. On se demande même comment son manager et son agent ont pu la laisser monter sur scène dans cet état ! "En dépit de son désir à vouloir honorer ses engagements, elle a reconnu avec ses managers qu’elle ne pouvait pas se produire au mieux (euphémisme ! ndlr) de ses capacités et va rentrer chez elle" a annoncé son agent, dimanche soir. C’est effectivement ce qu’elle a de mieux à faire ! Pftt, quel gachis…

Le 19 juin, nous écrivions :

Elle a fait du mieux qu’elle a pu ; mais elle ne peut pas encore grand-chose. En concert en Serbie, à Belgrade, samedi soir, Amy Winehouse était l’incarnation parfaite de ses plus grands tubes : You know I’m no good, Back to black ou encore Rehab. Oubliez le voeu pieu de la sobriété.

Son départ prématuré, après sept jours seulement de soins, de la cure de désintoxication qu’elle avait entamée sur les conseils insistants de son père Mitch et en vue d’être fin prête pour ses concerts programmés au cours de l’été ne prédisait rien de bon. La confirmation est arrivée sur scène – dans cette phrase, vous pouvez également remplacer le mot "confirmation" par "saoularde".

Malgré la bénédiction des médecins qui l’ont prise en charge, Amy Winehouse, 27 ans, a donc trébuché encore une fois, dès les premiers pas de sa tournée européenne de douze dates. C’est une artiste visiblement éméchée que le public a vu entrer sur scène avec une heure de retard, s’accrochant à son guitariste comme un boxeur sonné à son adversaire. Titubante, désorientée, massacrant ses paroles, jetant sa chaussure par terre sous le regard de ses musiciens résignés, c’était du grand Amy Winehouse : le worst of. Les rares morceaux de bravoure où, miraculeusement, elle se souvenait des paroles, semblait (plus) lucide et chantait convenablement ses anciens tubes (puisqu’elle n’en a toujours pas de nouveaux) n’auront évidemment pas suffi à donner le change et à empêcher le public de la conspuer et de la railler copieusement.

Ses implants mammaires n’ont rien changé, et son dernier single en date, Just friends, paru en 2008, n’a rien pu pour rendre les spectateurs plus amicaux, interprété avec un galimatias de paroles incompréhensibles, avant qu’elle s’interrompe pour présenter le groupe et ne revienne au micro que pour ponctuer une chanson qu’elle n’a pas chantée des mots "Just friends".

Une nouvelle scène de perdition désastreuse à laquelle 20 000 fans ont assisté moyennant 40 euros la place et qui a été immortalisé en vidéo. "Elle n’a même pas réussi à chanter un seul titre de bout en bout. Pour certains, elle n’a même pas essayé de chanter", fustige l’un d’entre eux. On imagine que les courageux qui ont réservé des places pour ses passages en Turquie, en Grèce, en Espagne, en Suisse, en Italie, en Pologne, en Hongrie et en Roumanie cet été tremblent déjà.

Le représentant de la Britannique est-il vraiment certain que poursuivre son traitement en tant que patiente externée de la clinique Priory de Londres soit une solution viable ?

Marilyn Monroe: sa robe volante et sexy vendue à plus de 4 millions de dollars !

Réactualisation : Surnommée Subway Dress, la robe créée par le costumier américain William Travilla et portée par la divine Marilyn Monroe dans l’inoubliable Sept ans de réflexion devait être vendue à pas moins de 2 millions de dollars. Une estimation qui a largement été dépassée puisque la mythique robe a été adjugée avant-hier, samedi 18 juin, à 4,6 millions de dollars lors d’une vente à Beverly Hills ! Comme l’annonce l‘AFP la robe est partie pour un total de 5,52 millions de dollars – 4,6 millions plus les frais. Rappelons que cette fameuse Subway Dress immortalisée par Marilyn appartenait à Debbie Reynolds qui possède pas moins de 3 500 costumes de films. Presque 50 ans après sa mort, Marilyn déclenche toujours autant les passions…

Le 31 mai 2011 :Marilyn Monroe est une icône qui vaut de l’or ! Les inconditionnels de la star hollywoodienne seront ravis d’apprendre que sa robe blanche, se soulevant au vent dans le film Sept ans de réflexion, est à vendre.

Cette robe mondialement connue appartient aujourd’hui à Debbie Reynolds, l’héroïne de Chantons sous la pluie. En cinquante ans, l’actrice de 79 ans a acheté plus de 3 500 costumes de films ! Mais cette grande collectionneuse doit se séparer de ces créations iconiques à cause de problèmes financiers. Elle a donc décidé d’organiser une vente aux enchères, le 18 juin, au Paley Center de Beverly Hills.

Et d’après les estimations, la robe de Marilyn Monroe, décédée à 36 ans le 5 août 1962, pourrait être vendue pour 2 millions de dollars ! Créée par le costumier américain Travilla, cette tenue inoubliable surnommée "Subway Dress" (la robe du métro) est devenue le symbole du glamour incarné par Marilyn Monroe.

La scène se déroule dans le film Sept ans de réflexion de Billy Wilder en 1955 (regardez la vidéo ci-dessus) : Marilyn, The girl, est une beauté qui séduit le héros de l’histoire interprété par Tom Ewell. Après une séance de cinéma, les deux amoureux se retrouvent sur une grille de métro. Au passage d’un train, la robe au décolleté ravageur de Miss Monroe se soulève "malencontreusement" pour dévoiler ses jambes sexy. L’actrice tente alors de la maintenir en posant ses mains sur ses gambettes… C’est ainsi que cette robe blanche nouée dans le dos et ceinturée à la taille est entrée dans l’histoire !

Nombre de stars se sont inspirées de ce moment culte pour imiter Marilyn Monroe comme le mannequin Lara Stone ou même la riche héritière Paris Hilton. Mais personne n’a jamais égalé le style inoubliable de la pin-up peroxydée !

Debbie Reynolds vend également aux enchères la cultissime robe en or portée par Barbra Streisand dans Hello, Dolly, ainsi que celle d’Audrey Hepburn dans My Fair Lady. Une vente qui devrait réunir les amoureux de mode et de cinéma… Et rapporter très gros !

 
 
 
 

Marion Bartoli : Les belles images de son triomphe à Eastbourne

Antichambre de Wimbledon, le tournoi d’Eastboune, en 2011, a été riche en sensations fortes. L’événement majeur, à n’en pas douter, fut le retour probant à la compétition des soeurs Williams, Serena, dramatiquement absente depuis un an et auteure d’une reprise rassurante (éliminée en huitième par la tête de série Zvonareva), et Venus, également éloignée des courts depuis janvier et quart-de-finaliste.

Mais ce qu’on retiendra avant tout, c’est le triomphe de la Française Marion Bartoli, victorieuse (6-1, 4-6, 7-5) en finale de Kvitova sur la lancée de son beau parcours à Roland-Garros (demi-finaliste), qui a décroché le sixième titre de sa carrière (le premier depuis juillet 2009 à Stanford) et confirmé que sa présence solide dans le Top 10 mondial n’est pas usurpée. De bon augure avant Wimbledon, dont elle avait atteint la finale en 2007.

En ce moment, Marion est un peu l’anti-Aravane Rezaï. Tandis que la Franco-Iranienne est en pleine chute libre et tente de mettre de l’ordre par voie de justice dans sa relation parasite avec son père, Marion Bartoli, elle, affiche une osmose inédite avec son propre père, Walter, son coach depuis 10 ans, qui avait abandonné sa profession de médecin pour se consacrer à l’entraînement de sa fille, lui qui n’y connaissait pas réellement grand-chose en tennis. Il y a quelques jours, dans L’Equipe, Walter Bartoli revenait longuement sur leur travail ensemble et sur leur relation qui a atteint un "équilibre optimal".

Il se souvient notamment des débuts : "Six mois après que Marion fut passée chez les pros, j’ai demandé de l’aide à des coaches habitués au très haut niveau. Le résultat a été catastrophique pour elle. Je me suis alors recentré sur la spécificité de Marion et j’ai mis en application des idées complètement nouvelles. C’est ce qui fait ma force et c’est aussi pourquoi je suis très critiqué, mais je m’en fous." Et constate le chemin parcouru : "On est parvenus à un bon niveau de maturité et de plénitude ensemble. Le ratio entre son équilibre personnel et la qualité de ses résultats me paraît optimal. La confiance mutuelle se construit au quotidien. Il a fallu parfois des recadrages, surtout me concernant. J’avais un trop grand manque de connaissances tennistiques qui m’a amené à avoir des mauvaises attitudes avec elle. Ce que je faisais n’était pas bon et cela rendait mon projet foireux."

Lady Gaga fait son show… chauve !

Les Parisiens se souviennent de l’ouragan Lady Gaga, au tour des Londoniens d’être dans l’oeil du cyclone.

Confirmé par le dernier pointage de la revue Forbes comme la plus impressionnante artiste solo en live, la papesse des monstruosités continue sur sa lancée dévastatrice de promotion de son album Born this way paru en mai, histoire de meubler et de donner suffisamment de frissons à ses little monsters en attendant la tournée Born this way ball qui doit succéder, à partir de fin 2011, au Monster Ball.

Après une promo menée tambour battant et minutée à Paris (JT de France 2, Grand Journal de Canal+ et petite fessée à X Factor en passant), Lady Gaga, tandis qu’on découvrait le très chiche clip de The Edge of Glory, a traversé la Manche, non sans laisser quelques traces dans la Ville Lumière : après son ultime showcase au 1515, dans le VIIIe arrondissement, dans une atmosphère étouffante et malgré quelques péripéties techniques, la performeuse new-yorkaise s’est attiré les foudres de la police parisienne et du staff du Park Hyatt où elle était descendue, pour avoir voulu saluer une dernière fois ses fans depuis son balcon… dans les premières heures du jeudi matin. Malgré les demandes pressantes de la direction de l’hôtel, la chanteuse, comme possédée, a continué à haranguer ses ouailles, provoquant un début d’émeute et écopant d’une amende.

A Londres, pour l’instant, c’est surtout à la télévision qu’elle a encore transgressé toutes les limites. Reçue pour sa promo dans le show télé Paul O’Grady Live sur ITV vendredi soir, elle est arrivée avec une perruque verte au carré, sa tendance du moment, qu’elle a gardée pour jouer You and I, mais qu’elle a abandonnée lorsqu’elle s’est installée au piano, se retrouvant complètement chauve pour jouer… Hair, un nouvel extrait de son album Born this way, un de ceux produits par RedOne. Admirez le jusqu’au-boutisme de Gaga : le crâne nu, elle interprète une chanson baptisée Hair face à sa perruque, sur un piano plus velu qu’un yéti angora, et en portant un haut traité à l’engrais capillaire ! Effet visuel garanti, surtout avec quelques effets pyrotechniques en sus. Contrairement à BritBrit, la maîtresse de maison de la Haus of Gaga n’a pas sacrifié ses cheveux, mais simplement utilisé un accessoire.

Plus tard dans l’émission, après une brève disparition, la voilà qui rapplique vêtue d’une veste improbable et de lunettes over-over-over-size, pour une petite interview sans surprise où elle s’extasie de l’accueil fait par le public à son album. Il y a de quoi : en Grande-Bretagne, Born this way est devenu dès la première semaine de sa sortie l’album se vendant le plus vite de toute l’année (215 639 copies en première semaine), meilleure performance pour une artiste américaine depuis Madonna avec Confessions on a dancefloor (217 610 exemplaires), et en se vendant à plus d’unités que les neuf autres albums du Top 10 réunis.

Abbey Clancy : Jeune maman et future mariée divine, elle pose nue pour St.Tropez

Toute jeune maman, très prochaine mariée, divine WAG parmi les WAGs (acronyme britannique désignant les femmes et compagnes de footballeurs) et mannequin lingerie irrésistible, Abbey Clancy vit à 25 ans une véritable apothéose dans sa vie de femme, un après avoir dû affronter le cas d’infidélité de son homme, l’international anglais de football Peter Crouch.

Un zénith de féminité qui explose littéralement lorsque la blonde d’1m75 pose nue pour la marque de soins auto-bronzants St. Tropez (www.st-tropez.com). Quelques semaines seulement après avoir donné naissance, le 14 mars 2011, à son premier enfant, une petite fille prénommée Sophia, cette beauté adulée de nos voisins anglais dévoile une ligne spectaculairement impeccable et un grain de peau sensuel à souhait, à l’aube de l’été.

Trois mois après l’accouchement, on se délecte de l’admirer, nue et les jambes croisées, captivante, ou librement drapée dans un drapeau de l’Union Jack qui habille l’essentiel, incendiaire. La marque St. Tropez a de toute évidence misé sur la bonne égérie pour promouvoir ses soins pourvoyeurs de hâle qui protègent des UVA et UVB.

La sculpturale Abbey Clancy a-t-elle emporté quelques dotations en Méditerranée ? Car, tandis qu’on s’émeut de la découvrir sur ces photos promo, la belle est en Sardaigne, destination de ses vacances en famille (le couple y va depuis 2009, année où Peter avait fait sa demande), le championnat anglais étant terminé. L’attaquant des Spurs de Tottenham Peter Crouch, 30 ans, peut profiter des deux femmes de sa vie et faire profiter la petite Sophia de ses toutes premières vacances. Le couple fait le plein d’énergie et de soleil avant de convoler : fiancés depuis 2009 et rescapés de la tourmente de 2010, Peter Crouch et Abbey Clancy se marieront, enfin, le 30 juin prochain, dans le Leicestershire.

Les fiancés ont adressé à leurs convives des faire-part contenant les détails gravés sur une bougie. Des bougies qui seront sans doute allumées lors de la cérémonie religieuse en l’église de Sainte-Marie-Madeleine, où ils seront unis devant Dieu. Au programme de la réception qui suivra : un groupe de musique, un magicien, un karaoké… Et beaucoup de bonheur.